Logo Université Laval Logo Université Laval

Pourquoi cette collection?

« Infirmières, communautés, sociétés »

Depuis des siècles, les infirmières apportent soins et soutien afin que la vie puisse s’épanouir, se dérouler et s’éteindre dans la plus grande sérénité possible. S’intéresser à la santé des populations, c’est être engagé dans un combat de tous les jours contre les iniquités à l’origine de maladies et de souffrances.

 

Que seraient les communautés et les sociétés sans l’apport des infirmières? Comment, en retour, ces communautés et sociétés transforment-elles les infirmières?

 

Des infirmières d’ici et d’ailleurs ont fait figure de pionnières et de bâtisseuses. Certaines ont été à l’origine d’initiatives, d’innovations, d’actes de courage, de passion et d’engagement visant l’amélioration de la santé des populations, et tout particulièrement, de ses membres les plus fragilisés. D’autres, de manière moins flamboyante peut-être, ont participé à soigner au quotidien dans des contextes souvent ingrats qui valorisaient peu leurs savoirs.

 

La collection « Infirmières, communautés, sociétés » s’intéresse aux infirmières, à leurs actions et à leurs contributions. À travers des essais, des recherches sur la profession, des récits et des biographies, elle souhaite participer à la construction de la mémoire collective infirmière. Une mémoire, ouverte au débat, soucieuse de nommer et de valoriser les savoirs développés au cœur de pratiques sociales, communautaires et cliniques qui risquent, autrement, de demeurer lettre morte.

 

« Infirmières, communautés, sociétés » est une collection éditée par les Presses de l’Université Laval qui désire offrir un espace francophone de parole, de dialogue, de débat et de réflexion critique aux infirmières ainsi qu’à toute personne s’intéressant au fait infirmier.

 

Louise Gareau inspire la collection

Ce premier livre de la collection « Infirmières, communautés et sociétés » a largement contribué à faire connaître, en ce début de XXIe siècle, les contributions sociales d’une infirmière remarquable.
 

Une professionnelle émérite

Originaire de La Corne, en Abitibi, Louise Gareau s’est inscrite dans les traces de l’infirmière de colonie Garde Gertrude Duchemin. Issue d’une famille de bâtisseurs, cette infirmière a défriché d’autres types de territoires hostiles. Dans les années 1970 et 1980, elle:

  • a contribué à la mise au point de suivis et d’accompagnement de femmes enceintes et de leur conjoint
  • s’est investie pour l’humanisation et la démédicalisation des naissances
  • s’est engagée dans le mouvement revendiquant le droit à l’avortement.

Tout cela, dans le but de contribuer à l’amélioration de la santé des femmes et des populations en général. Plus tard, elle s’est engagée dans une carrière à l’international qui la mène au Nicaragua, puis au Rwanda. Peu de traces écrites existent à ce sujet et enseigner les contributions qu’elle a apportées à la société ainsi qu’à la profession infirmière.

 

Après l’hommage, la reconnaissance des pairs

Le succès et les retombées de ce premier livre de la collection « Infirmières, communautés, sociétés » confirment, hors de tout doute, l’importance de cette initiative des Presses de l’Université Laval. Depuis sa sortie, Louise Gareau s’est vue attribuer plusieurs honneurs dont le prix Florence de l’OIIQ, pour le rayonnement international, le prix Rachel-Bureau, la plus haute distinction décernée par l’Ordre régional des infirmières et infirmiers du Québec (ORIIQ), le prix Avancement de la femme décerné par le YWCA en 2009 et aussi et surtout nommée, en 2008, une des 400 femmes ayant marqué l’histoire de la ville de Québec depuis sa fondation en 1608.

 

La transmission indispensable du vécu

Le savoir infirmier a grand besoin de l’apport de travaux scientifiques, de données probantes, pour démontrer l’efficacité, la pertinence et la justesse des soins. Mais, également, les soins infirmiers ne peuvent exister et se développer sans ces « données parlantes » produites dans des trajectoires singulières. Ces données, relevant de l’expérience et de l’art, sont difficilement enseignables, transmissibles si elles ne sont pas, préalablement, pérennisées. C’est à cette pérennisation que la collection des Presses de l’Université Laval, « Infirmières, communautés, sociétés » se destine tout particulièrement!